Pashimottanâsana [pascimottâsana] - posture de la pince

Publié le par Nataraja

Pashimottânasana est l’une des postures les plus importantes du yoga.
Elle est toujours classée dans les quatre asana les plus importantes dans les textes classiques du yoga.





Description dans la Shiva samhitâ

« 92)
Se tenant les jambes non unies l’une à l’autre, le pratiquant saisit  solidement les orteils avec les mains et porte la tête sur les genoux. Cette posture est appelée ugrâsana, elle stimule la circulation de l’air et élimine la fatigue; on l’appelle aussi pascimattânâsana. Si le sage exécute chaque jour cette excellent âsana, le flux de l’air circule à travers la voie postérieure.
93)
Ceux qui pratiquent cet exercice obtiennent tous les pouvoirs, c’est pourquoi le yogi cherche avec ardeur à obtenir le succès dans cette pratique.
94)
Cet âsana, au moyen duquel on obtient facilement le succès dans le contrôle de la respiration qui détruit beaucoup de souffrance, doit être tenu secret et ne doit pas être révélé à quelqu’un de non qualifié. »



Description dans la Hatha-yoga-pradipika

Pashimottanansana
28) Que l’on allonge les jambes au sol, droites comme des bâtons, et que l’on attrape l’extrémité des pieds avec les mains; après  avoir posé le front contre les genoux, que l’on reste ainsi: ceci s’appelle pascimatâna.
29) Ce paschimatâna, réputé entre tous les âsana, fait circuler le prâna dans toute la colonne, ravive le feu gastrique, maintient svelte et procure la santé.



Ce n’est donc pas pour rien non plus que c’est l’une des plus connue. Elle se décline sur plusieurs modes, d’abord classique, puis en demi pose puis en élévation. Nous allons aujourd'hui décrire succinctement la première.

Même si ce n’est pas visible de l’extérieur, il y a de grandes différences dans son déroulement entre les différentes écoles qui la présente (les souffles, les visualisations, les mantra,  qu’on y fait dedans ainsi que ce qu’on recherche et les buts poursuivis).


Dans le natha-yoga pashimottanâsana est une des grandes postures d’éveil de l’énergie de la base, de l’énergie vitale, la kundalini. C’est une âsana au long court qui se garde dans une pratique classique entre 5 et 25 minutes, ou plus dans une sadhana. 
Elle agit principalement sur les points du feu et  du souffle, elle produit l’alchimie du souffle, la mutation du souffle pneumatique en souffle énergétique.
Cette transformation est l’art même du prânâyâma.

Pashimottanâsana est une grande pose de subtilisation du souffle, elle permet de respirer plus dans l’énergie que dans le pneumatique. Elle change donc la qualité et la puissance de l’énergie, c’est une aide précieuse au prânâyâma.


Sur le plan physiologique elle stimule puissamment le feu digestif et le système immunitaire. Sur le plan mental elle donne recul et stabilité, elle érode l’impatience et familiarise avec l’immobilité.

Disons en conclusion que pashimottanasana est  posture puissante autant pour la santé, pour l’énergie que pour le mental En outre elle donne un confort corporel et un dynamisme très, très agréables, pas si fréquent que ça…

 

C.Tikhomiroff



 

 pour réaliser cette posture, retrouvez les explications :
http://www.natha-yoga.com/Technique%20mois%20avril%202006.htm



Pour les débutants, il est difficile de saisir les orteils (question de souplesse), posez alors les mains aux genoux ou aux mollets. Rapelez-vous toujours, en yoga ne pas nuire. Respectez votre corps et ses limites, ne forcez pas au risque de vous faire vraiment mal. Un effort, une rigueur et du courage sont demandés mais le yoga n'est pas une souffrance ni une contrainte. C'est avec le temps et une pratique régulière, en douceur, que le corps acquiert la souplesse pour les asâna. Même démarche pour les souffles, la concentration etc...
Demandez conseils auprès de votre médecin pour toute pratique        

Publié dans ÂSANA

Commenter cet article