Pratyahara - le retournement de l'activité sensorielle

Publié le par Nataraja

meditation_2.jpg

 

 

1. Gheranda dit :

Maintenant je vais te parler de l'excellente discipline du pratyâhârâ, le retournement des sens vers le dedans, qui détruit le désir et toute autre passion.

 

2. Il s'agit de contrôler le mental, ou principe de la pensée, dès qu'il entre en activité. Sa nature étant instable et inconstante, il faut parvenir à le diriger précisément et à volonté vers la conscience intérieure du Soi en arrêtant ses vagabondages incessants.

 

3. Honneur, mépris, propos élogieux ou effrayants, toutes ces préoccupations sont à extirper du mental qui doit passer sous le contrôle exclusif du Moi profond, l'âtman.

 

4. Toutes les odeurs, délicieuses ou puantes, sont des produits du mental destinés à le distraire. Il est donc nécessaire de pratiquer volontairement le retrait des sens vers le dedans et de mettre le mental (manas) sous le strict contrôle de l'atman.

 

5. Par l'intermédiaire du mental on perçoit de même les saveurs fondamentales comme le sucré, l'acide, l'amer ou l'astringent. La pratique du pratyâhâra visera donc toujours à soumettre le mental au contrôle du Moi profond, l'âtman.

 

Tel est le quatrième enseignement de cette samhitâ que donna Gheranda à Candakâpâli concernant le yoga physique et particulièrement le pratyâhâra.

 

 

Chapître IV - Gheranda Samhitâ - Traité classique de Hâtha-yoga

Publié dans DHYANA

Commenter cet article