Moi, Lâlla, en mon coeur j'ai franchi la porte du jardin

Publié le par Nataraja



Moi, Lalla, en mon coeur
J'ai franchi la porte du jardin.
O joie! J'ai touché Shiva et Shakti enlacés
Et j'ai bu le nectar au lac de leur extase.
Vivante, morte au monde, vivante!

Une fois le soleil couché, la lune se dessine.
La lune disparue, la Conscience demeure.
La Conscience allée, reste la spatialité.
Les trois chants: frémissement de vie,
liberté sacrée et béatitude s'y dissolvent.

Comme la lune allait disparaître
J'ai chanté la folie de mon coeur tourmenté
mis à nu par l'amour de Shiva.
J'ai crié: Je cherche la vérité! Je cherche la réalité!
Le rubis du Soi éveillé, je m'y suis absorbée
et mon corps est devenu le réceptacle du divin.



en hommage à l'article "Les dits de Lâlla" de Ânanda





Publié dans Lalla - Lal Ded

Commenter cet article

ÂNANDA 30/10/2009 21:51


Je ne sais pas quoi dire ! Je suis touché, aspiré dans une spirale lumineuse qui part du coeur et anéanti mon mental. Une paix infinie s'installe...ne plus rien dire...sinon t'offrir un poême
de Kabir :
Ami je demeure en ton coeur, pourquoi Me chercher ailleurs ? Je ne suis ni dans le temple ni dans la mosquée, ni dans la Ka'ba, ni à Kailash, je ne suis ni dans les rites, ni dans les
rituels, ni dans le yoga ou le renoncement. Si tu savais Me chercher, tu Me trouverais en un instant ! Dit Kabir : écoutes moi, ô frère sadhu, il est le souffle des souflles.


Nataraja 31/10/2009 00:05


Il n y a rien à dire