La India - un poème d'Eduardo Criardo

Publié le par Nataraja




La India


¿Cómo es India?, Ayer me preguntaste
Y yo, que aún llevo su polvo en mis sandalias,
Y su luz, como un ascua, en la mirada,
Medité y no supe contestarte.

India es agua sucia y sol brillante,
Polvo grisáceo entre el oro y la plata
Un viejo en cuclillas trenzando sin pausa
Y una niña de mirada penetrante.

Como una noria que gira incesante.
Un beso ardiente a la persona amada
Y un cuerpo que, en la tarde, se hace llama,
Poemas de amor y muerte por un instante.

Saris de colores deslumbrantes
Entre miseria de gente reposada.
Gente sencilla. Religiosa y clara
Visitando monumentos de gigantes.

Impenetrable, de misterio llena,
No puedo definirla. Se me escapa
Cual pájaro eternamente vuela.

Un gran deseo se me ancló en el alma.
¡Volver! Volver de nuevo a aquella tierra
Antes de ser ceniza de la nada.


Eduardo Críado





Comment est l'Inde ? Hier tu m'as demandé
Et moi, qui porte encore sa poussière dans mes sandales,
Et sa lumière, comme un charbon ardent, dans le regard,
J'ai médité et je n'ai pas su te répondre.

L'Inde est une eau sale et un soleil brillant,
La poussière grisâtre entre or et argent
Un vieux dans des croupetons en torsadant sans pause
Et une petite fille au regard pénétrant.

Comme une noria qui tourne incessement
Un baiser ardent à la personne aimée
Et un corps qui, dans l'après-midi, se fait flamme,
Des poèmes d'amour et de mort pour un instant.

Saris de couleurs éblouissantes
Entre une misère de gens reposés.
Des gens simples.
Religieuse et claire
Visitant des monuments de géants.

Impénétrable, pleine de mystère, je ne peux pas la définir.
Comme un oiseau qui vole éternellement.

Un grand désir est ancré dans mon âme.
Revenir!
Revenir de nouveau sur cette terre
Avant d'être cendre de rien.

Eduardo Criardo


ndlr: ceci est ma traduction...Nataraja

Publié dans Yoga_Pensées

Commenter cet article